Au milieu des protestations des agriculteurs, la dignité des conditions de travail des travailleurs agricoles dans la future PAC doit rester une ligne rouge.

L'EFFAT appelle à renforcer la conditionnalité sociale lors de l'audition du PE sur l'avenir de la PAC

A la veille des élections européennes et de la prochaine réforme de la politique agricole commune (PAC), l'EFFAT a organisé cette semaine une audition soutenue par l'eurodéputée Maria Noichl (S&D) et l'eurodéputé Martin Häusling (Les Verts). Alors que les agriculteurs protestent contre le Accord vert de l'UE Les conditions de travail des travailleurs agricoles ne sont pas négociables et doivent être améliorées lors de la prochaine réforme de la PAC, en renforçant davantage la conditionnalité sociale.

Malgré le succès de la conditionnalité sociale en 2021, la réalité demeure que le travail agricole continue d'être l'un des métiers les plus précaires, les moins rémunérés et les plus durs d'Europe. Les expériences vécues par près de 4 millions d’entre eux sont caractérisées par des luttes, des privations et des abus au travail.

Avec Un appel à une PAC plus juste, l'EFFAT exhorte la prochaine UE à intensifier ses efforts pour garantir que la conditionnalité sociale ne soit pas seulement une belle politique sur papier et qu'elle soit efficacement mise en œuvre pour améliorer les conditions de travail des travailleurs agricoles en Europe.

La vision de l'EFFAT met l'accent sur :

  • Renforcer la conditionnalité sociale grâce à un système solide de sanctions et d’inspections accrues pour garantir sa mise en œuvre efficace.
  • Élargir les critères d'attribution des paiements directs, y compris le niveau et la qualité de l'emploi, afin de promouvoir la croissance et un bon emploi dans les zones rurales.
  • Élargir la portée de la conditionnalité sociale en garantissant qu'elle s'applique également en tant que mécanisme ex ante.
  • Introduction de programmes d’éducation et de formation financés par le PAC pour les travailleurs agricoles.

Kristjan Bragason, secrétaire général de l'EFFAT, a déclaré : Si les agriculteurs sont en difficulté, les conditions des travailleurs agricoles sont insupportables. Une PAC plus juste doit résoudre les déséquilibres de la chaîne alimentaire : la concentration disproportionnée des pouvoirs, certains acteurs récoltant des bénéfices et les travailleurs agricoles vulnérables en payant le prix.

L'eurodéputée Maria Noichl a poursuivi : Une PAC plus juste fait partie de la solution pour un modèle agricole différent, plus juste pour les petits agriculteurs et les travailleurs agricoles. La conditionnalité sociale ne fait pas partie du discours sur les charges administratives imposées aux agriculteurs. Il s’agit d’appliquer le droit national.

L'eurodéputé Martin Häusling a conclu : Il est primordial de construire une PAC socialement et écologiquement responsable. La première étape est la création d’une agriculture écologique régionale. Nous devons cesser de penser que nous pouvons mondialiser le secteur et commencer à nous interroger sur la durabilité de notre commerce international.

Lors de la réunion, le commissaire européen à l'emploi et aux droits sociaux, Nicolas Schmit, est intervenu dans un panel et a déclaré : L'agriculture est le secteur de l'avenir, mais il nécessite une action urgente de l'UE : nous devons soutenir les agriculteurs et leur garantir des revenus décents afin que les travailleurs agricoles puissent vivre dans la dignité.

« Un appel pour une PAC plus juste » fait partie de #CallingEU, l'EFFAT au sens large vision sur un Une Europe plus juste pour les travailleurs qui a été présenté cette semaine : cinq demandes pour un nouveau mandat de l'UE engagé en faveur de l'égalité de traitement, de la justice sociale et climatique et de la solidarité en Europe.

Lien à l'enregistrement de l'événement (disponible pendant 7 jours)

Prend fin

 

 

Suivez-nous

Lire notre dernière newsletter

Les Campagnes


Événements

Congrès 2019