L'EFFAT salue la résolution du Parlement européen sur les travailleurs frontaliers et migrants

L'EFFAT salue l'adoption par le Parlement européen d'un résolution sur les droits des travailleurs frontaliers et migrants. Les secteurs de l'alimentation, de l'agriculture et du tourisme accueillent la grande majorité des travailleurs saisonniers, transfrontaliers et migrants en Europe.
Dans le contexte du coronavirus, l'EFFAT a soulevé au cours des derniers mois des inquiétudes concernant la situation inacceptable des travailleurs saisonniers dans l'agriculture, dont les conditions de travail et de logement épouvantables les ont exposés à un risque sanitaire extrêmement élevé.
Mais comme l'EFFAT et ses affiliés ont également clairement fait savoir aux législateurs pendant de nombreuses années, alors que COVID-19 a élargi la prise de conscience de ces problèmes et des problèmes connexes, ils sont beaucoup plus anciens - le résultat d'une exploitation généralisée et du dumping social, y compris le type de sous-abus. -des pratiques contractuelles telles que récemment annoncé comme se produisant dans les abattoirs.
La résolution du Parlement européen s'appuie spécifiquement sur Déclaration commune signé par les partenaires sociaux de l'agriculture en mai 2020, ainsi que des accords antérieurs Lignes directrices communes adoptées avec FoodDrinkEurope et Déclarations conjointes faites avec HOTREC: il souligne que dans le cadre de tous les efforts visant à faciliter la libre circulation des travailleurs frontaliers, garantir leur santé et leur sécurité - «pendant le transport, dans le logement et sur le lieu de travail» - doit rester d'une importance primordiale.
En outre, les députés européens ont écouté les préoccupations de l'EFFAT et appellent la Commission et les États membres à "garantir un logement de qualité aux travailleurs transfrontaliers et saisonniers, qui devrait être dissocié de leur rémunération", ainsi qu'à accélérer le bon fonctionnement du marché du travail européen. Autorité «en priorité». Ils exigent également l'application du principe de l'égalité de traitement - y compris pour les travailleurs saisonniers de pays tiers avec des ressortissants de l'UE - et le respect des droits sociaux fondamentaux, tels que l'accès aux services publics et le soutien syndical.
Enfin, l'EFFAT est heureux de noter que la résolution "invite instamment la Commission à veiller à ce que la stratégie de la ferme à la fourchette et la prochaine révision de la politique agricole commune soient efficaces pour les travailleurs agricoles en Europe, y compris les travailleurs saisonniers, migrants et autres travailleurs mobiles".
Commentant après le vote au Parlement européen, le secrétaire général de l'EFFAT, Kristjan Bragason, a déclaré:
«C'est un pas bienvenu dans la bonne direction. Il envoie un message important à la Commission et aux législateurs nationaux selon lesquels le sort des travailleurs transfrontaliers et saisonniers, en particulier dans l'agroalimentaire européen, nécessite une réponse urgente et tangible.
«Il est néanmoins extrêmement regrettable qu'il ait fallu une situation aussi grave et mortelle que la pandémie de coronavirus pour concentrer les esprits. Les problèmes de l'agriculture européenne liés aux bas salaires, aux conditions de travail dangereuses, aux logements déplorables et à l'exploitation généralisée, aux pratiques des gangsters et même à l'esclavage moderne sont antérieurs à cette crise de nombreuses années. Cette résolution, bien que bienvenue, est franchement attendue depuis longtemps. »
Pour voir certains des points d'action clés de cette résolution devenir réalité et pour aider à garantir les droits des travailleurs saisonniers, transfrontaliers et migrants, l'EFFAT demande (entre autres) les mesures):

  • un instrument européen juridiquement contraignant pour garantir un logement décent à tous les travailleurs frontaliers et migrants
  • une directive européenne ambitieuse sur la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme et la conduite responsable des entreprises, couvrant les activités des entreprises et leurs relations commerciales, y compris l'ensemble de leurs chaînes d'approvisionnement et de sous-traitance
  • l'introduction d'un numéro européen de sécurité sociale (ESSN) et d'un vérificateur du statut d'assurance ainsi que la révision rapide du règlement 883/2004 sur la coordination des systèmes de sécurité sociale
  • la désignation du COVID-19 comme maladie professionnelle.

Le commissaire pour l'emploi et les droits sociaux, Nicolas Schmit, a également annoncé une éventuelle initiative sur les conditions de travail dans le secteur de la viande. L'EFFAT soutient cette ambition et se réjouit à l'idée de s'engager avec la Commission pour aider à façonner toute proposition à venir.
Contact presse EFFAT: Steve Gilmore - s.gilmore@effat.org

Suivez-nous

Lire notre dernière newsletter

Campagnes


Événements